Scotland Yard

  • Les membres de Scotland Yard que sont Lestrade et Gregson mettent Sherlock Holmes en valeur car leurs errements et leurs erreurs lors des enquêtes prouvent que Sherlock Holmes a un don pour la déduction, étant le seul à voir de précieux indices. Le détective consultant reste humble contrairement aux deux autres policiers à qui revient tout le mérite officiel. On le voit dans les dernières lignes de L’étude en rouge : l’enquête est résolue part Sherlock Holmes mais celui-ci lit L’ECHO et plus précisément l’article qui fait référence à l’affaire : « On s’attend qu’en reconnaissance de leurs brillants services, des félicitations officielles soient adressées aux deux inspecteurs. -Ne vous l’ai-je pas dit dès le début ? s’écriât Holmes en riant. C’est le résultat de l’étude en rouge ; valoir à ces messieurs des félicitations officielles! » En restant humble, Holmes paraît comme un héros généreux et peu intéressé par le succès.

  • A travers la série, il est difficile de croire que les détectives de Scotland Yard sont les meilleurs agents de police du pays. En effet, face à Sherlock Holmes ils semblent perdus et déstabilisés (tout comme le public), ce qui participe à mettre le détective en valeur. Lestrade et ses collègues ont souvent besoin de l’aide de Holmes et le laissent rentrer dans le réseau de la police en tant qu’expert, bien que ceci soit strictement interdit. Holmes, pour sa part, ne cesse d’utiliser son sarcasme pour critiquer leur incompétence (cf. extrait proposé). Dans un dialogue entre Holmes et Lestrade le premier affirme « Vous avez besoin de moi » et le second enchaine « Oui, c’est vrai. Que Dieu me vienne en aide »: Cette réponse a deux sens. Elle pourrait en particulier vouloir caractériser Holmes et le placer comme un « Dieu ». Les personnels de Scotland Yard sont également impuissants chaque fois que Sherlock Holmes bafoue la loi, et Gregson est décrit par les réalisateurs comme un « homme frustré par Holmes mais qui l’admire ».

fichier wmv Scotland Yard

  • Il est également évident dans les films de Guy Ritchie que les détectives de Scotland Yard ont une intelligence bien inférieure à celle de Holmes. Ce dernier utilise souvent l’ironie pour se moquer de la police londonienne, souvent complètement dépassée. On voit en effet que Sherlock et son acolyte réussissent à attraper des criminels comme Blakwood sans l’aide de l’inspecteur Lestrade. Ce dernier en est vexé. La police est donc présentée comme impuissante, et Sherlock Holmes comme un justicier remarquable !

Lepetitcoinlecture |
Lespoemealure |
Lesrimesduchemin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poètes de Paris
| Vvdouze
| Alain31