Deduction

Le fameux détective consultant Sherlock Holmes est bien connu pour sa déduction hors pair. En effet, dans les trois supports utilisés les écrivains ou réalisateurs s’appuient sur ce « pouvoir de déduction » et l’utilisent pour la spécificité de leur œuvre ; c’est à dire afin de ne pas présenter leur personnage comme un détective ordinaire.

 

  • Dans l’Étude en Rouge, la critique de Watson d’un article écrit pas Sherlock Holmes nous fait découvrir la théorie de ce dernier sur un art qu’il appelle « Science de déduction et d’analyse ».

P21-     « [...] Il essayait de montrer tout ce qu’un observateur pouvait apprendre d’un examen minutieux et systématique de tout ce qui se présentait à lui. [...] L’auteur prétendait pénétrer les pensées les plus intimes d’un homme par une expression momentanée de sa figure, par le mouvement d’un muscle, par un regard fugitif. Pour une personne rompue à observer et à analyser, l’erreur devenait chose impossible. Ses conclusions étaient aussi infaillibles qu’autant de propositions d’Euclide. Ses résultats apparaissaient si étourdissants aux non-initiés, que, tant qu’ils ne connaissaient pas la méthode pour les obtenir, ils pouvaient soupçonner leur auteur d’être sorcier. « En partant d’une goutte d’eau, disait l’auteur, un logicien pourrait déduire la possibilité d’un océan Atlantique ou d’un Niagara, sans avoir vu l’un ou l’autre, sans même en avoir jamais entendu parler. Ainsi toute la vie est une vaste chaîne dont la nature nous devient connue chaque fois qu’on nous en montre un seul anneau. Comme tous les autres arts, la Science de la Déduction et de l’Analyse est un art que l’on ne peut acquérir que par une longue et patiente étude, et la vie n’est pas assez longue pour permettre à un homme, quel qu’il soit, d’atteindre à la plus haute perfection possible en cet art. Avant de s’appliquer aux aspects moraux et mentaux de ce sujet qui sont ceux qui présentent les plus grandes difficultés, le chercheur fera bien de commencer par résoudre des problèmes plus élémentaires. Quand il rencontre un homme, qu’il apprenne, rien qu’en le regardant, à connaître l’histoire de cet homme, la profession, son métier. Tout puéril que cet exercice puisse paraître, il aiguise les facultés d’observation et il vous apprend où l’on doit regarder et ce que l’on doit chercher. Les ongles d’un homme, les manches de son vêtement, les genoux de son pantalon, les callosités de son index et de son pouce, ses manchettes, son attitude, toutes ces choses révèlent nettement le métier d’un individu. Il est presque inconcevable que, si tous ces éléments sont réunis, ils ne suffisent pas pour éclairer le chercheur expérimenté. »

 

  • Dans cet extrait Sherlock Holmes explique à Watson comment il a découvert dès leur première et brève rencontre autant de détails sur sa vie en s’appuyant sur sa manière de se tenir, son handicap et son téléphone portable. Cette adaptation est donc fidèle au livre, car le détective déduit une grande quantité d’informations grâce à des petits détails, ce qui participe à créer un personnage avec un intellect très développé. La surprise et l’ébahissement de Watson accentuent ce côté très spécial du personnage, tout autant que le volume des mots dans sa tête, la vitesse de ses pensées et son esprit analytique unique.

fichier wmv Déduction

  • Dans ses adaptations filmiques, Guy Ritchie reprend aussi à plusieurs reprises le pouvoir de déduction de Holmes. Dans cet extrait du second film, Sherlock Holmes est dans un cabaret pour l’enterrement de vie de garçon de Watson. En repérant un minuscule bout de fourrure, le détective arrive à mettre en garde une voyante de la présence cachée d’un tueur à gages. Dans un passage du 1er film (comme dans l’Étude en rouge où le détective mène une étude sur Watson et devine qu’il combattait en Afghanistan), Sherlock Holmes étudie  à  la demande de Mary  (la fiancé de Watson) son passé. Il l’analyse et lui prouve ainsi que les « petits détails », comme elle les appelle, sont les plus importants et l’aident à résoudre de grands mystères. Guy Ritchie a donc choisi de préserver cette intelligence et cette capacité de déduction du détective mais cependant la met moins en valeur que chez Conan Doyle ou dans la série Sherlock.

fichier wmv Déduction

Lepetitcoinlecture |
Lespoemealure |
Lesrimesduchemin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poètes de Paris
| Vvdouze
| Alain31