Force physique, combats

  • Dans Un Scandale en Bohème et dans l‘Etude en Rouge, il n’y a pas de scène de combat, même si le docteur Watson décrit son ami comme étant une personne de « nature violente » et qu’on devine une agilité en ce domaine. Mais dans d’autres adaptations comme les films de Guy Ritchie, nous pouvons voir que cette capacité physique est mise en avant.
  • Fidèle à Conan Doyle, les réalisateurs de la série ont recréé le personnage de Holmes avec de l’agilité. Ceci est illustré dans l’extrait ci-dessous. Cependant, contrairement aux films, le détective n’est pas extrêmement fort ou doué au combat dans la série, bien qu’il ai certaines capacités à son avantage. Un autre de ses avantages est de connaître un grand nombre d’armes et de parfaitement savoir les utiliser. C’est ainsi que Holmes et Watson ont toujours sur eux des armes dans leurs missions dangereuses.

fichier wmv Force physique, combats

  • Dans cet extrait Sherlock Holmes se bat pour obtenir de l’argent. Nous observons qu’il bat un homme plus grand et plus imposant que lui. Nous pouvons relever aussi que c’est en apercevant le mouchoir d’Irène que Sherlock devient plus combatif et surtout qu’il prend le dessus dans le combat. L’amour qu’il porte pour Irène le rend plus fort comme un super héros. Ici il est comparable au gladiateur grecque et nous fait penser à un demi-dieux (torse nu, musculature avantageuse..). Il semble invincible et surtout fait preuve d’une très grande bravoure. Le réalisateur du film a extrêmement accentué ce qui est au départ chez Conan Doyle juste une « agilité », peut être en prenant en compte des attentes du public de son film.

Combat2 combat1 combat3

 

Lepetitcoinlecture |
Lespoemealure |
Lesrimesduchemin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poètes de Paris
| Vvdouze
| Alain31